Accueil > Flâneries poétiques > 26 juillet > à Eugen

à Eugen

vendredi 26 juillet 2013, par igor

Très cher Eugen,

On est passé déjà deux fois pour voir votre exposition, c’est ma femme qui aime. C’est beau tout plein. Cette année, c’est un peu plus sombre, je trouve. En tous cas, y’a de la spontanéité et de la belle technique, mais, les thèmes ne me parlent pas trop.
Je retrouve les couleurs, une ambiance de ces pays. Je ne sais pas d’où ça vient mais dans ma tête, ça me rappelle des souvenirs. La Moldavie, c’est en Europe ça ? Je n’arrive pas trop à situer, j’irai voir sur Internet.
Par contre, vous n’êtes pas gâté par l’éclairage.
Vos aquarelles rendent moins bien quand elles ne sont pas encadrées. Mais ça dégage... ça dégage quelque chose !!!
Je ne voyais pas les montagnes bleues mais maintenant, je les vois. Il y a tous ces éléments qui donne l’ambiance, là on dirait une mouche, c’est fait exprès bien sûr. Et puis, la brume qui monte, moi j’arrive jamais à faire cette foutue brume, c’est pour ça que je regarde comment vous faites. Il paraît qu’on trouve votre DVD de démonstration à la boutique... et puis, je vais faire un stage avec Jeannerot, les détails de la nature, ça me plaît bien.
Michel Léger, je ne sais pas si vous l’avez influencé mais ces nouveaux tableaux ressemblent un peu à ça. Ça fait hyper jeté ! Ma femme, elle fait de l’huile, elle a copié une de vos aquarelles, celle de Nice, elle voulait vous montrer sa reproduction.
Vous êtes très jeune et déjà autant de talent. D’ailleurs, il reste presque plus rien, ceux qui sont vendus sont partis j’ai l’impression.
J’ai oublié mon mètre et j’aurai voulu la mesure de celui de Brioude. La bénévole m’a dit 62x46. C’est trop petit 62x46. Il en faudrait un de 80, j’en voulais un de 80. Je vous explique Eugen, j’ai eu la foudre au mois d’octobre et ça m’a tout détruit, je cherche un tableau pour cacher mes trous, un de 80. Vous n’en faites pas en ce moment ? Des tableaux de Brioude en 80 ? L’autre jour, je vous en ai acheté un que vous aviez fait la veille pour l’offrir à ma fille. Si vous en faites un, vous me le dites, merci.
Celui des bateaux-là, il est très rafraîchissant, très reposant. On a bien regardé le 12 aussi. C’est l’affiche de Belâbre, le 12 ? C’est quoi ? Un village, mais c’est un peu cher, 1200 euros pour un village, c’est un peu cher. Vous savez, il faut qu’on fasse des comptes drastiques, on a déjà pris un petit Scotti et un Karpinska alors... Je crois qu’on va finir par acheter des cartes postales pour nous souvenir. C’est terrible d’être obligé de choisir !
Vous savez, Eugen, on vient d’une autre expo, à Namur, c’est en mai, en Belgique. Alors, avec l’aquarelle, on commence à avoir une bonne saturation.

Comme vous n’étiez pas là Eugen quand nous sommes passés pour cette troisième fois, je veux vous dire qu’on aime, on aime beaucoup, très doué, très réussi.

un visiteur
Lettre composée uniquement de bribes de conversations de nombreux visiteurs, entendues et piquées sur le vif dans la salle d’Eugen Chisnicean.
Les flâneries poétiques, qu’est-ce que c’est ? | Comment participer ? | Droits d’auteur | Partenaires
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0