Accueil > Flâneries poétiques > 24 juillet : Oloé

24 juillet : Oloé

mercredi 24 juillet 2013

Mot

Oloé

Texte

Où lire sur une avenue ? Comment réussir à écrire quand les radios, leurs flashs, leurs tubes ont envahi les cafés, les boutiques et le système nerveux, les couloirs, les entrées, les quais ? Où s’asseoir quand tout nous porte à marcher en pressant le pas, serrer son sac et droit devant rentrer chez soi le plus vite possible ? Où penser ? Où rêver ?
Les oloé, ce seraient ces endroits où lire où écrire (le second o pouvant se comprendre également, c’est au choix, comme un où sans accent), de ville, de mer, de campagne qui font une brèche, nous y accueillent. L’idée n’est pas de fuir mais plutôt de creuser. Parfois ils seront désignés avec précision, comme c’est le cas pour la chaise-table du CentQuatre trouvée dans un jardin aujourd’hui disparu. Lorsque l’oloé sera privé, on se réservera le droit de rester vague. Des lieux où s’attacher, se concentrer, se laisser distraire ; s’alléger, se lester, jouer des dimensions.

La porte s’ouvre. On pourrait rester mais on lève le camp. Ranger le câble qui relie au monde et l’instant d’avant taper sur envoi : un mot en suspens, un appel de rien. Marcher sans imaginer (en imaginant) ce qui sera repris au vol. Connivences vent d’est dans les rues, les cours.

Envisager la ville comme un jeu de piste, terrain avec ornières,
grillages, froid qui use les doigts
on se rétracte on y va quand même

envisager la ville à l’instant de la perte, de la pensée transmise, tourner,
se tromper, faire exprès, que la pluie nous tienne à rebours, frôler,
frayer, vertige de tout ce plein, des directions à prendre

se rétracter y aller quand même.

Retour à l’atelier. Commencer d’écrire. Par la haute fenêtre, la trille d’un oiseau fait lever les yeux : oui il y a du ciel, de l’arbre sans feuille et le mot THÉÂTRE inscrit bleu sur noir. Il y a de la cheminée, des volets fermés, façade années 30 qu’on rêve en garage. Des croûtes et des failles. De la grille de poulailler.

Anne Savelli – des oloé, espaces élastiques où lire où écrire – 2011 – D-Fiction

Lieux

Dans la ville de Brioude

Les flâneries poétiques, qu’est-ce que c’est ? | Comment participer ? | Droits d’auteur | Partenaires
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0