Accueil > Flâneries poétiques > 28 juin : Influence et trace

28 juin : Influence et trace

vendredi 28 juin 2013

Proposition de la semaine (du 28 juin au 5 juillet)

Mot

Influence

Textes

Le jeune peintre qui ne peut pas se dégager de l’influence de la génération qui le précède va vers l’enlisement.
Pour se préserver de l’envoûtement de l’œuvre de ses aînés immédiats, qu’il estime, il peut chercher de nouvelles sources d’inspiration dans les productions des civilisations diverses, selon ses propres affinités. Cézanne s’est inspiré du Poussin. (Faire du Poussin sur nature.)
Le peintre ne pourra perdre, s’il est sensible, l’apport de la génération qui l’a précédé, car il est en lui cet apport, malgré lui. Il est pourtant nécessaire qu’il s’en dégage pour donner lui-même et à son tour une chose nouvelle et de fraîche inspiration.
Défiez-vous du maître influent, disait Cézanne.
Un jeune peintre qui doit bien croire qu’il n’a pas tout à inventer, doit surtout ordonner son cerveau par la conciliation des différents points de vue des belles œuvres qui l’impressionnent et, parallèlement, par des interrogations à la nature.
Après avoir pris connaissance de ses moyens d’expression, le peintre doit se demander : « Qu’est-ce que je veux ? », et procéder, dans sa recherche, du simple au composé, pour essayer de le découvrir.

Henri Matisse – De la couleur – 1945 – Verve

Des œuvres dont on se détache, mais dont il reste une trace active : je pense à Rimbaud ou Char. Et puis d’autres, dont on se détache également, mais il n’en reste rien de visible. Elles ont été comme dévitalisées par le temps, sans doute parce qu’elles participaient d’une époque et d’une écoute, mais ne dépassaient pas ces limites.

Antoine Emaz – Cambouis – 2009 – Seuil

Lieu

Indifférent.

Les flâneries poétiques, qu’est-ce que c’est ? | Comment participer ? | Droits d’auteur | Partenaires
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0