• après la démo de JMS...envie d’essayer...
    en présentant mes excuses à qui de droit.....


  • Ça y est, bien en main, ma glace aux litchis.
    Je la slurpe un peu, elle coule.
    Je me repose un peu sous les arcs et je le vois.
    Il a les yeux, surtout les yeux
    et puis le reste
    et puis il a un air
    Le romanesque me gagne...
    Le litchis me colle aux doigts
    Et sluuurrrpe, d’un coup de langue je ramasse
    inattention
    il se penche sur une fille à talons
    La fille le regarde rouge comme ses chaussures
    sa jupe se gonfle, se gonfle
    Elle se met à vaciller, puis flotter jusque dans la ruelle
    Leurs yeux ne se quittent pas
    il la suit..
    Satan ?
    Je croque le biscuit.


  • Au saut du lit, ils se firent surprendre en flagrant délit d’humour noir !


  • Je l’ai vu à l’instant.
    Moi aussi !
    Vous en êtes sûr ?
    pas de problème, elle était juste là, tout près.
    Je l’ai observée. Cette chose est bien restée plusieurs minutes, au moins cinq, enfin peut-être dix, voir plus, tapie derrière le truc.
    Oui, elle avait l’air bizarre, à l’affût je dirai, et puis elle ne bougeait pas, on l’aurait cru morte.
    Ah et le machin en face avec ses grands bidules, une sorte de monstre surgi de nulle part.
    Tout à fait, j’en suis témoin direct. Ma main à couper.
    Et des couleurs, je dirais tirant plutôt sur le bleu marine, voir bleu foncé.
    Avec des nuances vertes, voir carmin.
    Son ombre s’est projetée sur le mur du Bd quand elle est partie par là....ou par ici ! enfin l’essentiel est qu’elle soit partie !
    Ah enfin la lumière est rétablie, ils en ont mis du temps a ERDF...
    Oui on n’y voyait pas plus clair que dans un tunnel
    Allez faut aller leur dire ce que l’on a vu.
    Oh que oui, et ça va sûrement faire avancer leur enquête !


  • flagrant délit de croquage !


  • Elle est cachée derrière les volets clos, un courant d’air apaise la chaleur moite, elle se penche pour l’apercevoir...frugal désir...
    Le volet s’ouvre brusquement et vient heurter le mur. Démasquée, dans la lumière crue du jour qui se lève sur Brioude...


  • Flagrant Délit

    - Allo ? Oui chéri. Tu m’aimes ?
    - Euh !
    - Moi, je t’aime, tu es l’homme de ma vie.
    et toi ?
    - Euh !
    - Tu me manques. Tu m’aimes ?
    - Euh !

    On nous a coupé !!

    - Allo France Telecom ?... Je peux changer de téléphone ?


    Flagrant Délire

    AAAAh...!


  • Les cloches battent à plein. Le groupe se rassemble sur le parvis de la Basilique.
    Elle, dans sa robe courte et fluette, s’écarte discrètement, vient s’asseoir sur un muret de pierres grises.
    Ses mains glissent le long de ses hanches, plaquent le tissu que le vent coquin soulève par rafales impudiques. Elles plongent dans un sachet de plastique, froissements sonores. Par gestes vifs, elle vérifie le contenu du sac et surveille le groupe, regards furtifs. Lentement, elle retire ses chaussures rouges à talon, moue de soulagement, fouille dans son sac à main, en extrait deux bandelettes blanches qu’elle ouvre, gestuelle maîtrisée.
    Elle applique les pansements sur ses talons.
    Le vent la perturbe, la robe enfle, le sac se gonfle, elle doit remettre de l’ordre. Agitation, coup d’oeil vers le groupe, elle tente de tout contrôler.
    Du sac, elle sort deux chaussures plates de la même teinte que les précédentes et tout s’accélère : pieds glissés à l’intérieur, accessoires engloutis dans le sac, elle se lève.
    Elle a déjà disparu, déjà fondu dans le collectif.
    Elle n’aura pas été découverte.


  • - Dis maman mais pourquoi m’as-tu traînée ici ? Tu sais bien que je n’avais pas envie de venir ici, Brioude mais c’est bien trop loin Brioude. Ah mais si j’en ai déjà entendu parler il me semble. Attends je réfléchis. Ah oui je me souviens, en surfant sur le net, je suis tomber par hasard sur un site qui parlait de la biennale d’aquarelle.

    - Et bien voilà ma Chérie nous y sommes et je vais t’emmener visiter la basilique Saint-Julien, un chef d’oeuvre de l’art roman.

    - Et si nous allions à l’office de tourisme pour demander une visite guidée, ce ne serait pas mieux ?

    - Ah oui tu as raison nous pourrons découvrir toutes les faces cachées de cette ville.

    - Et elle recèle peut-être de trésors.

    - Allez vite filons ne perdons pas de temps.


  • Réseau perdu

    matin et soir
    rue St Apollinaire
    le téléphone pour cerveau
    tu fonces en retard
    et je te vois passer
    surpris en flagrant délit d’absence aux autres

    réseau perdu
    raison malade
    plus de vrais mots
    sauf les utiles
    homo mobile

    sans souffle
    tu tournes le coin de la rue
    et disparais
    perdu sur le parvis si beau
    sans un regard

    solitude habitée de numéros

    condamné à vivre en échappé



Les flâneries poétiques, qu’est-ce que c’est ? | Comment participer ? | Droits d’auteur | Partenaires
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0