• L’instant
    Je l’attends
    L’instant, l’instant T, le moment, le bon
    L’orage, la pluie, le déferlement, les mots
    L’eau, les pigments, la couleur, les mots

    « Pour une fois que c’est la pluie et que ce n’est pas triste » (n°16, V. PRISCHEDKO)


  • Des présences. On se raconte, on s’explique
    les croquis, les photos, les errances on commente
    la composition, les couleurs, le dessin on montre. Ça existe.

    Sur le motif, piliers de béton armé rongés
    vitres brisées, mobilier et bidons cabossés, rouille
    et le vert s’installe colonisateur. On vieillit.

    (salle vide) on s’agite déplace range découpe mouille
    devant la fenêtre ouverte, la plante verte claque. Intermittente.
    On meuble le temps qui coule. Fuite.

    Instants cueillis dans la salle de Théo Sauer / espace St Jean

  • Instant (1)

    - chaleur
    - tendresse
    - amour
    - bonheur

    rien qu’un instant
    disparu à jamais


    Instant (2)

    Instant du passage de la vie à l’infini, la mort, le néant.
    Que s’est-il passé dans sa tête ?... Pourquoi n’étais-je pas là ?

    Adieu Jean


  • Instants...

    d’attente...

    d’un projet qui a du mal à être
    de voir Ewa
    de conseils pour faire mieux
    d’être remplacée... ou vendue
    d’une caresse mendiée
    d’un site
    d’Horizons Singuliers
    d’horizons d’attente
    de détente
    d’une bierre fraîche à la terrasse animée
    d’un orage
    et de la première goutte de pluie qui ne se lasse pas de se faire attendre


  • A partir du moment

    Où l’instant présent

    Disparait avec adresse

    De notre entrevue

    Les yeux fermés

    Des lèvres au baiser

    S’ouvrent sur toi

    Ton absence bue


  • Places aux herbes, fatigué je me repose, un instant, quand on me vole, mon instant à l’instant même. Un instant d’inattention, et hop envolé.

    Me reposer alors sur le passé, mais le choix du passé me laisse hésitant : simple ou composé ?

    Pour le futur la prudence m’offre l’option du futur simple. Si on fait une fraction de l’instant du passé par le futur on a :

    (simple x composé)/ simple = composé

    On peut donc composer un instant
    Mais alors et l’instant présent, celui que l’on m’a volé ? Déjà dans le passé.
    Mais alors si l’instant présent est déjà dans le passé, l’instant futur a pris sa place et il est déjà dans le présent.

    L’instant est donc passé présent futur. Il est donc éternel et il n’est pas toujours facile de composer avec l’éternel !

    Je pensais me reposer un instant, mais s’il est éternel.....Ah les pompes funèbres ne sont pas loin, j’y vais de ce pas


  • Croq’instants ou instantanés de croqueuse

    autour de la Basilique...



  • Non, par là Monsieur !

    Va et viens

    Légèreté
    Espoir
    Satisfaction
    Déception
    Indifférence
    Révélation


  • Les grosses gouttes se sont écrasées sur le pare-brise.
    Tu m’avais demandé de laissé ma fenêtre ouverte
    car de ton coté, tu avais ton torticolis.

    Elle nous a parlé de Brioude.
    Sûr que ça faisait loin pour elle
    On est quand même quelques unes à faire des kilomètres.

    On commence à s’habituer l’un à l’autre
    On rit de nos petites manies
    On garde une petite réserve
    Quand même, au cas où.


  • UN INSTANT A L’ACCUEIL

    Telles les abeilles dans une ruche
    Elles s’activent
    C’est un lieu unique
    Un endroit éphémère
    Qui ne durera que l’espace d’une quinzaine
    Elles sont là souriantes
    A écouter, à renseigner
    Patientes
    Peut-être parfois impatientes
    Que s’achève la journée
    Et le soir repues
    L’esprit rompu
    Elles n’ont qu’une hâte
    Regagner le pays des songes.


  • la goutte tiède
    tombe sur l’arkose

    une goutte
    tombe sur l’arkose
    tiède

    son odeur de terre ancestrale
    dans la rue des pèlerins

    un boulanger
    enfariné
    range son pain
    à partager

    chez Mandrin,
    au coin la rue,
    un violon
    une seule note..


  • l’instant présent a filé
    pas le temps de le tisser
    le facétieux a joué
    a baisé mes paupières fermées
    effleuré tendrement mes bras ...
    et a disparu une nouvelle fois

    j’aime les tableaux d’Ewa
    et les oiseaux d’Alba !


  • Un instant de silence .
    Dans une salle d’exposition en une chaude matinée d’été, neuf personnes sont dans un instant de silence.
    Huit personnes se sont laissées enfermer dans une bulle de paroles opalescentes crées par la neuvième .
    La bulle monte doucement vers le plafond emportant ses huit passagers ; l’oratrice regarde surprise et un peu désemparée sa création.

    Instant cueilli lors de l’atelier d’écriture autour des oeuvres d’Ewa Karpinska

Les flâneries poétiques, qu’est-ce que c’est ? | Comment participer ? | Droits d’auteur | Partenaires
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0